Haguenau trop puissant

SC DINSHEIM 0
FR HAGUENAU 4

Mi-temps: 0-0
Stade municipale de Still. 400 spectateurs
Arbitre:

Les buts:
Stoll (64e), Zimmermann (65e), Mastronardi (81e) et Walter (85e) pour Haguenau

Les avertissements:
Andres (29e), Ah Sam (68e) à Dinsheim
N. Loison (86e) à Haguenau

DINSHEIM: Guthleber, Zimmer, Nebinger (cap), Andres, Ah Sam, Tison, Koerin, Di Liberatore, Ehrismann, Boughardayan, Huck, Baldovi, Lacroix, Ahakkam. Entraîneur: Stéphane Cormier

HAGUENAU: Logel, Heinrich, Bouziane, Zeidler, Tonon, D. Bey (cap), Kateb, J. Bey, Stoll, N. Loison, Zimmermann, Koch, Mastronardi, Walter. Entraîneur: Philippe Knobloch

Brillant, le leader a pris sa revanche d’une élimination en Coupe de France pour faire exploser Dinsheim et s’envoler en tête de la DH.

Franchement, au regard de son rythme effréné, on ne voit pas bien ce qui pourrait arriver de fâcheux au leader haguenovien cette saison. La bande à Philippe Knobloch mène l’élite alsacienne d’une main de maître.Les blessures et les suspensions n’y changent rien. Dylan Bey et ses coéquipiers affichent un appétit d’ogre, une technique virevoltante et un impact de golgoth. La concurrence n’a d’autre alternative que de se coucher.
Dinsheim, comme quatre des cinq adversaires précédents – seul le Soleil Bischheim a contraint le FRH au nul depuis deux mois –, a bien dû admettre l’incontestable supériorité. « On a tenu tant qu’on est resté à 0-0, a admis Stéphane Cormier, l’entraîneur des vaincus. Mais ensuite, on a explosé, surtout physiquement et les joueurs ont lâché. »

Le temps de la démonstration

Ces derniers avaient quelques circonstances atténuantes avec l’inclinaison à se ménager par crainte de la blessure ou d’un rouge qui pourrait les priver d’un rendez-vous historique avec le 8e tour de Coupe de France. Les circonstances ont pu être favorables au leader.
« Le match a peut-être été difficile à préparer pour Dinsheim, dans un coin de la tête, ils avaient peut-être la Coupe de France, a souligné Philippe Knobloch. Mais de notre côté, on a eu la volonté de bien jouer, de mettre du rythme et on a réussi un très bon match. »
Du début à la fin, le visiteur a eu la main et le score nul et vierge de la première période a dépendu d’un petit miracle ou d’un Guthleber impeccable, notamment pour repousser le penalty obtenu par Zimmermann et tenté par Kateb (15e ).
Stoll s’est également vu refuser un but pour un hors-jeu d’un rien (27e ) et Heinrich a tiré au-dessus devant le but vide quand Nebinger a intercepté une ouverture sur laquelle Guthleber croyait devoir intervenir (42e ).
Confirmant la théorie du ketchup chère à Cristiano Ronaldo, qui se plaît à affirmer que c’est souvent le premier qui est le plus dur à marquer, l’ouverture du score a ouvert le temps de la démonstration. Elle a été réussie par Stoll, de la tête, au 2e poteau sur un corner de Kateb (64e ). Les vagues haguenoviennes ont déferlé.
Sur un dégagement d’Ahsam contré par Stoll, Zimmermann a dribblé le gardien puis ajusté dans un angle fermé (66e ). Les remplaçants ont apporté leur écot à un succès de plus en plus large, par Mastronardi à la conclusion d’un contre (81e ), par Walter à la réception d’un centre de Koch. Vaincu à la surprise générale par Dinsheim en Coupe de France, Haguenau n’a pas tendu l’autre joue.

Article DNA: François Namur
Photo: DNA
Source: http://www.dna.fr/sports/2013/11/25/haguenau-trop-puissant

A propos regis loison

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.