Gasser, d’un monde à l’autre (article des dna du jeudi 12/11/2015)

12112311_10153654856904938_1059958477356321066_n

GASSER, D’UN MONDE A L’AUTRE

Lorsqu’il évoluait à Schiltigheim, Jordan Gasser abordait la Coupe de France avec la volonté de bousculer la hiérarchie. Samedi, à Selongey, le latéral gauche des SR Colmar voudra simplement la faire respecter.

Ses cinq saisons à Schiltigheim lui ont permis de mesurer à quel point la Coupe de France est « très importante pour les clubs amateurs ». Jordan Gasser, le jeune défenseur des SRC (22 ans), a longtemps appréhendé cette compétition avec des yeux d’enfant.

Le 30 octobre 2011, avec les Brasseurs, il avait éliminé Colmar (2-1), plongé dans sa deuxième année de National. Et le week-end suivant, il affrontait le Racing, à la Meinau, dans un improbable derby de CFA 2, après le dépôt de bilan du club strasbourgeois. « Deux semaines inoubliables », se remémore le latéral gauche.

« En plus, le match était retransmis sur Eurosport… »

Cette saison-là avait tout de même été marquée par une grosse déconvenue, côté schilikois. Les hommes de José Guerra avaient prolongé leur épopée en Coupe de France jusqu’au 8e tour, avant d’être sortis de l’épreuve par Prix-lès-Mézières, une formation de Division d’Honneur. Le tirage au sort avait ensuite remué le couteau dans la plaie, les Ardennais héritant de Montpellier, le futur champion de France, en 32e de finale. « En plus, le match était retransmis sur Eurosport, soupire Jordan Gasser. C’était une vraie désillusion pour nous. »

Le 7 décembre 2013, Schiltigheim a de nouveau eu la chance de s’étalonner face à une équipe référencée : Boulogne-sur-Mer (National), qui jouissait encore du statut professionnel après sa relégation de Ligue 2 en 2012. Les Bas-Rhinois s’étaient alors inclinés sur la plus courte des marges (0-1), avec « quelques regrets » à la clé, dixit leur ancien défenseur. « J’ai effectué plusieurs parcours intéressants et vécu de belles émotions en Coupe de France, mais je n’ai jamais atteint les 32es de finale, résume Jordan Gasser. À ce stade, ce sont les clubs de Ligue 1 qui entrent en lice. Forcément, ça fait rêver. »

Et si le jeune homme exauçait son vœu cette saison, avec Colmar ? Le latéral des SRC – déjà crédité de neuf matches, dont cinq titularisations en National – a changé de statut. Samedi, il se rendra dans l’antre de Selongey, équipe de CFA 2, avec la volonté de… calmer les velléités des amateurs bourguignons. « J’ai l’avantage de connaître un peu Selongey. On s’est déplacé là-bas avec Schiltigheim il y a quelques années. C’est une équipe qui joue très bien au ballon et qui récupère régulièrement des jeunes issus du centre de formation de Dijon. Quant au stade, il est assez champêtre avec la forêt juste à côté. Mais la pelouse est l’une des plus belles que j’ai vues jusqu’à présent. Et le public est composé de connaisseurs. Ce ne sont pas de simples spectateurs, mais de vrais supporters. »

« Une belle vitrine pour le club »

Éliminé à Louhans-Cuiseaux la saison dernière (1-0 le 16 novembre 2014), Colmar sait à quoi s’attendre. Et n’a pas l’intention de refaire les gros titres, dimanche, après une nouvelle contre-performance chez un adversaire moins huppé… « Dès la première réunion de début de saison, on s’est fixé pour objectif de réussir un bon parcours en Coupe, témoigne Jordan Gasser. C’est une compétition sympa pour les joueurs et une belle vitrine pour le club. »

Toujours aussi enthousiaste et attachant, le défenseur colmarien abordera le match de samedi avec la fraîcheur d’un amateur et l’exigence d’un professionnel. Le mélange parfait, en somme.

Source “DNA.fr”